Evolution PP KT88 triode classe A

Les deux livres de Francis Ibre : <a href="http://www.elektor.fr/nos" target=_blank><U>Tubes audio anciens & récents</U> (2007)</a> et <a href="http://www.elektor.fr/audiotubes" target=_blank><U>Audio tubes </U> (2010)</a>

Re: Evolution PP KT88 triode classe A

Postby g2fl » Thu Dec 13, 2018 4:27 pm

Bonsoir, désolé pour la réponse un peu tardive.
Pour le logiciel, c’est Proteus de Labcenter Electronic.
Pour la résistance équivalente au transformateur telle qu’elle est vue au secondaire, nous la calculons de la manière suivante :
- Par itérations successives, nous cherchons la tension au secondaire qui donne la haute tension souhaitée (ici, à défaut d’une description en pure classe A, nous avons pris le push-pull de KT88 en triodes classe AB1 selon fiche technique, soit 485 V – 188 mA).
- La résistance interne est alors prise à 7% de la résistance de charge qu’aurait le transformateur avec des tensions purement sinusoïdales. Pour un des essais, nous avons trouvé une tension en crête au secondaire de 602 V, soit 426 V efficaces. En préjugeant du dimensionnement du transformateur, soit 200 mA, la résistance de charge purement résistive au secondaire du transformateur est de 426 V/0,2 A = 2130 Ω. Et la résistance interne portée au secondaire est prise à 7%×2130 = 149 Ω.
Pour le reste, nous pataugeons un peu car, lors de l’écriture de notre ouvrage, nous n’avions pas fait de vérifications sur les courants et les essais rapides déjà menés ne sont pas cohérents avec les abaques de Shade. Oups ! Et la résistance équivalente à une double diode à vide ne nous semble pas aussi claire que nous l’avons avancée.
De quoi justifier de se lancer à nouveau dans les simulations mais la machine est un peu rouillée.
Cordialement.
g2fl
 
Posts: 230
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:57 am

Re: Evolution PP KT88 triode classe A

Postby Marc77 » Thu Dec 13, 2018 7:02 pm

Bonjour,

je comprends mieux pour la différence de résistance équivalente au secondaire. J'étais parti sur 5% d'écart pour la tension en charge, et 600mA (courant efficace que vous aviez trouvé dans votre simulation).
Avec 149 ohms pour le transfo et sans la résistance R1 de 82 ohms, PSU me donne 775 mA en crête répétitif et 350 mA RMS, et sans aucune surtension au démarrage.

Bonne soirée
Marc
Marc77
 
Posts: 65
Joined: Wed Apr 16, 2014 4:44 pm

Re: Evolution PP KT88 triode classe A

Postby francis ibre » Fri Dec 14, 2018 7:10 am

Bonjour à tous,

la chute de tension observée en continu ne dépend pas du courant efficace, mais du courant crête !
En effet, c'est la tension crête qu'on retrouve après redressement, moins la chute de tension dans le redresseur, évidemment.

Et cette tension crête se voit amputée de la chute dans toutes les résistances séries. Mais lorsque la tension passe par la "crête" du sinus, le courant est maximum lui aussi.
La chute dans Rs est donc Uc = Rs.Ip...
Et non Rs.Ieff...

D'autre part, Rs doit prendre en compte la résistance dynamique des redresseurs, et celle du condensateur de tête.
Pour un redressement pas valve, la résistance de la valve n'est hélas pas constante, elle varie un peu avec le courant.

Francis
La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence (Miles Davis)
Essayons d'appréhender objectivement nos perceptions subjectives
viewtopic.php?f=156010&t=161328
francis ibre
 
Posts: 4963
Joined: Thu Jan 02, 2014 10:36 am

Re: Evolution PP KT88 triode classe A

Postby g2fl » Fri Dec 14, 2018 8:14 am

Bonjour,
Effectivement, c'est bien le courant en crête qui fait la tension continue et c'est ce qu'intègre l'abaque de Schade. En fait, il y avait deux démarches dans la dernière partie des échanges. Le courant crête était observé parce que la résistance en série après le pont redresseur avait pour but de le limiter. Effectivement, on passe d'un facteur multiplicatif de 7 à 6. Le courant efficace l'était parce qu'il définit la dissipation dans la résistance installée en série et le premier calcul par application de Schade était alarmant. Depuis, les simulations donnent des choses plus rassurantes, voir post à venir qui confirme la dernière observation de Marc77.
La diode à vide est moins simple que la 1N4007 avec ses 1 V de chute de tension et sa résistance de moins de 1 ohm qui n'ont que très peu d'influence.
Cordialement.
g2fl
 
Posts: 230
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:57 am

Re: Evolution PP KT88 triode classe A

Postby g2fl » Fri Dec 14, 2018 8:21 am

Bonjour,
Dans les essais menés pour notre ouvrage, nous avions utilisé un transformateur Millerioux F3211B au secondaire de 2*350 V (redressement par valve biplaque) aux résistances de 8 Ω au primaire 220 V et de 50 Ω au secondaire 350 V. Nous avions alors pris une résistance équivalente ramenée au secondaire de 8×(350⁄220)^2 + 50 ≈ 70 Ω et la comparaison avec la simulation, était parfaite.

Pour revenir aux courants relevés en simulation et ceux annoncés par Schade (repris dans de nombreux ouvrages, nous avions le Pierre Mayé paru chez Dunod), le circuit est simple : transformateur + sa résistance interne calculée à 7% + pont de 4*1N4007 + condensateur de lissage de 49,35 µF (qui fait RCω = 40, plus facile à repérer sur les abaques) + charge de 2580 Ω (485 V/ 188 mA).
Nous relevons une tension au secondaire à vide et en crête de 598 V, ce qui fait un coefficient de conversion au continu de 485/598 = 0,811. 598 V en crête font 423 V efficace et pour un transformateur dimensionné à 200 mA, soit 423/0,2 = 2114 Ω pour une résistance interne à 7%*2114 = 148 Ω. Ramenés aux 2580 Ω de la charge, le coefficient (ρ/R) est de 5,7% qui va nous guider sur les abaques. En retournant à notre présentation en tableau, nous trouvons 0,807 pour (ρ/R) = 6% : parfait.
Là où ça se gâte, c’est avec les courants qui ne prennent plus comme repères (RCω) et (ρ/R) mais (2RCω) et (ρ/2R). Il y avait sans doute une bonne raison mais ça n’était sûrement pas celle de la simplicité. D’après les abaques, Icrête = 7,5*le courant moyen, soit 1,4 A (730 mA en simulation) et Iefficace = 2,5*le courant moyen, soit 470 mA (330 en simulation). Les abaques de Schade couvrent un domaine très large, très au-delà de ce qui peut être rencontré avec les alimentations de nos amplis à tubes. De plus, la lecture de courbes au format timbre-poste ne facilite pas l’interprétation. C’est pourquoi nous avions préféré une lecture directe sur un tableau et en ne traitant que d'un domaine plus restreint. Ceci peut expliquer cela mais le constat est là, nous ne trouvons pas la même chose et c’est bien gênant.
En installant une résistance de 82 Ω entre le pont de diodes et le condensateur de lissage, le courant crête répétitif descend à 634 mA et le courant efficace à 308 mA. La dissipation dans la résistance est alors de 7,8 W. Plus raisonnable. Pour revenir à Schade, les 82 Ω s’ajoutent aux 159 Ω au secondaire du transformateur qui a dû être ajusté pour retrouver les 485 V moyens. Soit ρ/2R = 4,7% qui donnent Icrête = 6*le courant moyen, soit 1,12 A (634 mA en simulation) et Iefficace = 2,4*le courant moyen, soit 450 mA (308 en simulation). Toujours ce décalage entre Schade et la simulation.
Cordialement.
g2fl
 
Posts: 230
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:57 am

Re: Evolution PP KT88 triode classe A

Postby francis ibre » Sat Dec 15, 2018 8:21 am

Bonjour Gérard(s),

j'ai l'impression que vous n'utilisez pas correctement les abaques de Schade.
Avec un secondaire à point milieu, on a effectivement deux "phases" et chaque demi-secondaire débite à tour de rôle : dans ce cas, seule la résistance d'un demi-primaire est à prendre en compte, d'où le (2RCω) et (ρ/2R) des abaques.
Au contraire, avec pont de diodes il n'y a pas de point milieu, donc le 2 au dénominateur disparait...

Francis
La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence (Miles Davis)
Essayons d'appréhender objectivement nos perceptions subjectives
viewtopic.php?f=156010&t=161328
francis ibre
 
Posts: 4963
Joined: Thu Jan 02, 2014 10:36 am

Re: Evolution PP KT88 triode classe A

Postby g2fl » Wed Dec 19, 2018 10:06 am

Bonjour,
Un retour sur cette alimentation. En se plaçant dans l’hypothèse où nous réaliserions cette alimentation, nous retiendrions :
- De ramener la résistance en série avec le pont redresseur à 39 Ω pour moins de chute de tension et moins de dissipation. Certes, le courant crête est peu modifié mais la solution à 82 Ω ne le modifiait guère non plus. Ne pas oublier que cette résistance compte aux environs du double de sa valeur physique dans la résistance de sortie.
- De penser à se servir de la résistance R2 en série avec la self de filtrage comme ajustement fin de la tension continue au repos, en plus de son rôle dans l’amortissement des surtensions à la mise sous tension. Comme elle ne compte qu’une fois pour la résistance interne, il vaut mieux augmenter cette R2 qui a un double rôle qu’augmenter R1 qui ne sert guère.
Dans tous les cas, pour un push-pull en classe A, sensiblement à courant constant, cette notion de résistance interne n’est pas déterminante.

Nous sommes retournés aux abaques de Schade après les suggestions de Francis. Le coefficient RCω prend en compte la résistance de charge qui ne dépend pas de la configuration du redressement. Le fait d’avoir le coefficient multiplicateur de 2 nous semble plutôt justifié par la fréquence de la résiduelle comme l’indiquent les abaques (dans la transcription moderne de P. Mayé) qui retiennent RCω en monophasé (50 Hz) et 2RCω en biphasé (100 Hz). Moins clair avec le coefficient (ρ/R) ou (ρ/2R). Nous nous promettons de retourner prochainement au texte originel de Otto Schade.
Cordialement.
g2fl
 
Posts: 230
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:57 am

Previous

Return to Tubes audio

Who is online

Users browsing this forum: bing [bot] and 1 guest