Schéma de JC. Morisson

Les deux livres de Francis Ibre : <a href="http://www.elektor.fr/nos" target=_blank><U>Tubes audio anciens & récents</U> (2007)</a> et <a href="http://www.elektor.fr/audiotubes" target=_blank><U>Audio tubes </U> (2010)</a>

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby trappeur » Sat Jan 19, 2019 6:59 pm

Salut à tous ,
Je viens de me rappeler que j'utilise actuellement un ampli à liaison directe.

http://forum.elektor.com/viewtopic.php?f=156004&t=2717791#p2751014

A+
trappeur
 
Posts: 298
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:56 am

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby tboll » Sun Jan 20, 2019 9:02 pm

Bonsoir à tous,

Deux petites photos pour nous faire rêver et pour illustrer le matériel dont dispose Morrison.

Image

Image

Est-ce qu'il y a un réel intérêt à avoir des transformateurs bobinés avec du ruban à la place du simple fil (de cuivre ou d'argent) ?
Je sais que l'on trouve maintenant facilement des selfs en ruban ciré (Jantzen), elles sont réputées meilleures. Je me demande donc si c'est un vrai atout ou un simple argument commercial.

Thierry
VOT-HP 416-8B GPA Altec Lansing Alnico - Pavillon Iwata-compression ALTEC 909-8A - Tweeter Fostex T925 - CD Marantz 6002 - préamplificateur 76/6SN7 (Sound Practices)-2 blocs 300B- schéma-Audiophile -
SE 845 en projet
User avatar
tboll
 
Posts: 1876
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:55 am
Location: Chartreuse

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby g2fl » Tue Jan 22, 2019 5:48 pm

Bonsoir,
Nous avons jeté un œil sur le schéma de Morrison et parcouru les contributions. Nous pensons pouvoir en ajouter un peu qui n’ait pas été dit. Si c’était le cas, toutes nos excuses pour vous avoir fait perdre votre temps.
L’étage d’entrée n’est pas un cathode follower, juste un étage de tension avec sa charge dans la cathode. L’excitation de la triode est due à la tension entre sa grille et sa cathode qui module le courant. Ici, cette tension est celle au secondaire du transformateur et elle est totalement indépendante de ce qui se passe entre le pied du transfo et la source de tension négative. Charge par une résistance qui décale la tension pour assurer la bonne polarisation de la seconde triode et par une source de courant en série : la forte valeur dynamique de la source de courant fait que le gain est proche du coefficient d’amplification et que l’effet de diviseur avec la résistance en série est modeste. Petite contre-réaction par la variation de la tension entre plaque et cathode comme dans tout étage à triode. Second et troisième étage plus classiques.
Schéma à la Dubout qui n’est qu’un empilage de complexités. Ça peut impressionner le chaland.
Pour les alimentations, les diodes à vide sont simplement en série entre la tension redressée par les diodes semi-conductrices et les chimiques. Pourquoi ?
Les self de 2 H pourraient faire que le redressement est en fait au lissage par self en tête. Pour vérifier cela, il faudrait un petit coup de simulation. Peut-être une autre fois.

Cordialement
g2fl
 
Posts: 230
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:57 am

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby guytou » Tue Jan 22, 2019 8:37 pm

Bonjour à tous ,

" Schéma à la Dubout qui n’est qu’un empilage de complexités. Ça peut impressionner le chaland. " .

ça me parait quand même assez péjoratif dans les termes choisis , et surtout sans aucune argumentation derrière . Affirmation à l'emporte-pièce , faite pour tenter de dévaloriser , et qui ne fait en aucune façon avancer le débat . Il faudrait argumenter un peu , Gérards , pour la rigueur de la discussion , une tournure de phrase aussi brutale , on doit la justifier . ( pourquoi Dubout , pourquoi le chaland ? ) .
On a le droit d'etre mauvais , mais on a le devoir de s'améliorer ( Guytou , 1990 aprés JC ) .
Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort ( Gandhi )
guytou
 
Posts: 1266
Joined: Thu Sep 03, 2015 6:00 pm

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby g2fl » Wed Jan 23, 2019 7:30 am

Bonjour, notre jugement de valeur est rude et nous le retirons.
La charge dans la cathode du premier étage est en trois éléments : la résistance connectée à la cathode est celle de polarisation automatique, celle connectée ensuite à la grille du second étage produit une chute de tension en continu qui permet la bonne polarisation de ladite grille et la source de courant, ajustable, pour finir. La source de courant présente une impédance dynamique élevée qui rend négligeable les tensions audiofréquences aux bornes des deux résistances : pas de réelle contre-réaction d’intensité par la résistance de polarisation automatique, pas de réel de effet diviseur potentiométrique par la résistance de polarisation de la grille du second étage. Elle est incontournable.
Le second étage est en polarisation automatique avec son courant de repos stabilisé par la résistance dans la cathode, soigneusement découplée.
L’étage de puissance voit une faible tension négative sur sa grille qui est la chute de tension dans la résistance du bobinage de la self-inductance de charge. Dès lors, la cathode doit être portée à une forte tension positive comme dans une polarisation automatique, ce qui semble être le rôle dévolu à la source B+2 qui n’apparaît pas par ailleurs.
Les dispersions du courant dans le second étage, dispersion par la triode utilisée, dispersion par la résistance de polarisation ou dispersion en provenance du premier étage, ne produisent qu’une faible variation de la tension sur la plaque dudit second étage, ce qui sera sans effet sur l’étage de puissance. L’ensemble devrait être assez stable en polarisation.

Une hypothèse quant au rôle des diodes à vide : chaque groupe est shunté par une résistance et on peut imaginer qu’un courant plus faible y passe le temps que les diodes chauffent ; le tout pour assurer une montée progressive des tensions et des courants. L’auteur a dû s’en expliquer dans l’article qui accompagnait son schéma.

Cordialement.
g2fl
 
Posts: 230
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:57 am

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby trappeur » Wed Jan 23, 2019 9:02 am

Salut à tous ,

On peut considérer que l'analyse de ce schéma est bouclée maintenant , c'est bien un montage "apparenté" au cathode commune , avec finalement deux astuces qui permettent la liaison directe ,à savoir l'inversion entre la charge et la source B+ , et aussi le prélèvement de la tension de sortie du premier étage que j'appelerais en mode inversé qui fait que ce "cathode commune" n'est pas inverseur .
Pour être assez difficile à lire il n'est pas pour autant compliqué , il est même simple à réaliser....à condition de trouver les bons composants.
Il reste tout de même un inconvénient , souligné par Yves , qui est très important à mon avis .

Yves07 wrote:"Ca oblige surtout a utiliser un transfo d'entrée ayant trés peu de capacité entre primaire et secondaire.
C'est un problème, le gain s'écroule à partir de 15/20KHz


Le secondaire de ce transfo d'entrée swingue avec le signal de sortie du premier étage et il doit vraiment être conçu pour ça .

A+
trappeur
 
Posts: 298
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:56 am

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby g2fl » Thu Jan 24, 2019 10:25 am

Bonjour,
La lecture tardive de la réponse de Morrison donne une description du fonctionnement des différents étages. Et la nôtre, écrite en parallèle, est identique : c’est flatteur et ça vaut traduction.
Dire que le montage est simple n’est pas le premier qualificatif qui nous est venu. Trois alimentations, 6 self-inductances, 3 transfos audio, deux stacks de condensateurs haute tension, 4 doubles diodes à vide, ce n’est pas rien. Comment cela aurait-il pul' être quand l’amplificateur vaut 150 k$ ?
Pour nous, le point critique est cette haute tension extrêmement dangereuse qui fait réserver ce type d’amplificateurs à des industriels ou des artisans particulièrement bien formés pour travailler dans un tel environnement. Un amateur plus prudent, plus raisonnablement modeste, comme nous, apprécie la valeur de telle performances techniques mais évite de chercher à les imiter. Comme nous admirons les prouesses de grands sportifs !
Pour revenir à l’électronique, les liaisons directes avec les tubes conduisent irrémédiablement à un empilage de haute tensions, il n’y a pas de « tubes PNP ». Ici, une source négative qui s’empile avec la très haute tension positive pour un total vers 1,8 kV ; dans l’autre post posé par « trappeur », 760 V avec des tubes de puissance plus raisonnables. Les alimentations deviennent complexes, exigeantes et c’est le mérite de leur concepteur de maîtriser tout cela. Mais ce n’est pas à la portée de tout un chacun.
La performance est remarquable mais pour quelle utilité :
- Les liaisons directes sont impératives quand du continu est à amplifier, ce qui n’est jamais le cas avec l’audiofréquence en cet endroit de la chaîne de traitement.
- Elles élargissent au mieux la bande passante aux fréquences les plus basses. Les condensateurs modernes de haute qualité permettent de descendre suffisamment bas pour que la seule limite soit le couplage au transformateur de sortie, incontournable lui.
- Les condensateurs peuvent introduire des défauts mais qu’en est-il du transformateur en entrée, obligatoire, et de la source de courant, obligatoire elle aussi ?
Le gain n’est pas évident, la complexité oui. Un tel amplificateur a sa justification pour un concepteur pointilleux, de grande compétence, particulièrement formé au travail en présence de hautes tensions létales et qui en a les ressources, techniques et financières.
Cordialement.
g2fl
 
Posts: 230
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:57 am

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby ecossais » Thu Jan 24, 2019 10:32 pm

Bonsoir Gerard(s),
Un message qui résume très bien la situation!

Discuter de ce genre de schema permet quand même d'améliorer ses connaissances et aussi de réver.
Et aussi pourquoi pas de reprendre une ou deux des astuces dans ses projets futurs.
Jean-Noel
My audio life is to make emotional shadows from sounds (Susumu Sakuma)
La Platine (Verdier), pré phono Pacific, amplis monotriodes PX25 et 2A3 RCA monoplaque, Petite Onken
User avatar
ecossais
 
Posts: 1179
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:58 am
Location: Bonnie Scotland

Re: Schéma de JC. Morisson

Postby g2fl » Fri Jan 25, 2019 11:07 am

Bonjour,
Bien sûr qu'une démarche originale comme celle de Morrison peut apporter une nouveauté, à reprendre dans d'autres montages. Nous retiendrions en ce sens, la charge par self du deuxième étage qui évite toute dérive en continu de la tension plaque, c'est à dire de la tension grille de l'étage de puissance. Un point sensible que cette stabilité dans une cascade de trois étages en liaison directe.
Cordialement.
g2fl
 
Posts: 230
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:57 am

Previous

Return to Tubes audio

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 5 guests