Pont de diodes: 1 seul ou 1 par secondaire

Le <a href="http://www.elektor.fr/bienentendu" target=_blank><U>livre</U></a> de Francis Ibre

Postby jice78 » Tue Nov 13, 2007 12:00 am

Francis,

Petite question sur les figures 241 & 242 du bouquin.

En petite puissance tu montres une solution avec un pont par enroulement secondaire, alors que sur le schema de l'alim d'un ampli p261, on a un seul et unique pont.

Si on fait table rase de considération économique, il me sembalit avoir lu que la solution à 2 ponts permettait "d'éviter que le point de masse remonte vers le secondaire" et donc de limiter la surface de ce point de masse suposé ponctuel.

L'explication me parrait "ésotérique" mais tu as surement un avis

Ou alors il faut d'urgence commander le bouquin sur les Alims chez Dunod...

Cordialement
Jean-Claude
jice78
 
Posts: 147
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:54 am

Postby francis ibre » Wed Nov 14, 2007 12:00 am

Bonjour Jean-Claude,

le point de masse dans les deux cas est pris au pied des condensateurs de tête de filtre.

Dans le cas de deux ponts, le retour du courant pulsé passant par ces condos se fait à travers une des diodes de chaque pont. les secondaires sont donc quelque peu **flottant** lorsqu'aucune diode ne conduit.
Par l'effet de scapacités parasites, ces secondaires prennent un potentiel **variable** pendant qu'ils flottent...

Dans le cas d'un seul pont, le retour du courant pulsé se fait par un fil de masse connectant le point de masse central (pied des condos) et le point milieu des secondaires, qui ne sont donc plus flottants.
Je trouve cette solution plus silencieuse.

La solution à un seul pont a comme autre avantage de ne faire chuter que la tension d'une diode, contre deux dans la solution à deux ponts.
Elle est moins chère, quoique... les diodes devant supporter un courant double il faudra des modèles plus gros. A voir ?

Remarque : l'idée selon laquelle le montage à un seul pont utilise mal le transfo est complètement fausse !

Cela vient des anciens montages à point milieu, qui utilisaient un redressement va-et-vient avec seulement deux diodes (ou les deux plaques d'une valve). Avec ces montages, chaque demi-secondaire ne travaillait que la moitié du temps, mais avec le courant nominal !
Chacun d'eux devait donc être capable de débiter le courant attendu. On obtenait un transfo presque deux fois plus gros que dans le cas d'un pont à 4 diodes !

Le montage simple pont double-alternance n'est pas un va-et-vient !
Chaque demi-secondaire travaille sur les deux alternances, sans composante continue.

Bref : un seul pont.

Dans le cas des alims filaments, ou préamplis à tubes, il est souvent nécessaire de polariser les alims par rapport à la masse, ce qui impose des redressements séparés.
Le routage des masses oblige parfois à séparer les alims positives et négatives dans un préampli : elles sont déjà reliées par leur masse sur la carte de préampli. Si en plus on les relie au niveau du point milieu des secondaires, alors on fait une boucle de masse !

A bientôt
Francis
La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence (Miles Davis)
Essayons d'appréhender objectivement nos perceptions subjectives
viewtopic.php?f=156010&t=161328
francis ibre
 
Posts: 4855
Joined: Thu Jan 02, 2014 10:36 am

Postby jice78 » Thu Nov 15, 2007 12:00 am

Francis,

Je suis admiratif devant le coté pédagogique de vos réponses.

Un pont c'est compris. la commande de 2 IXYS 68A (j'ai vu large 3$ de plus que le 32A). Avec un torrique de 680VA.... ca doit faire des belles pointes de courant.

Je crois que je vais faire la manip de la 1ohm/10W au primaire et regarder au scope ce qui se passe.

Hormis le fait de calibrer les filtres secteur, est ce que l'oscillogramme montre aussi la qualité du redressement (fonction du Trr des diodes) ?

Cordialement
Jean-Claude
jice78
 
Posts: 147
Joined: Mon Jan 20, 2014 7:54 am

Postby francis ibre » Thu Nov 15, 2007 12:00 am

Bonjour Jean-Claude,

pour observer à l'oscillo les pics de commutation des diodes, il faut un engin de compétition, avec loupe, et un câblage capable de passer la HF.

On peut alors constater que le recouvrement des diodes, au moment où elles commutent de l'état passant à l'état bloqué, s'accompagne d'un brusque pic de courant inverse, très très pointu et très bref. On parle de microsecondes, parfois quelques centaines de nanosecondes, quelques dizaines pour les diodes ultrarapides.

Si le montage de mesure ne passe pas au moins 20MHz, on ne verra... rien !

En revanche, la qualité du silence, c'est à dire la propreté spectrale du bruit de fond, c'est très facile à contrôler, l'oreille collée au HP de medium et d'aigu !

A bientôt
Francis
La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence (Miles Davis)
Essayons d'appréhender objectivement nos perceptions subjectives
viewtopic.php?f=156010&t=161328
francis ibre
 
Posts: 4855
Joined: Thu Jan 02, 2014 10:36 am


Return to Bien Entendu - itinéraire d'un audiophile

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests