retour d'expérience

Postby nanard2 » Sun Mar 22, 2009 12:00 am

Bonjour

Je souhaiterais connaitre votre avis sur le four à refusion vendu par elektor ( ), je souhaite me mettree réellement aux cms (pour l'instant je les soude avec mon faire mais c'est pas terrible) mais l'achat d'un four est un investissement.

merci de vos réponces.
nanard2
 
Posts: 10
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:39 pm

Postby obdh » Wed Mar 25, 2009 12:00 am

voir là :http://www.elektor.fr/forum/forum/forums-generaux/four-cms-(10-2008)-de-plus-en-plus-fort-!.691235.lynkx
Ceci dit, si les composants sont à un pas fin (0,5mm), et sans pochoir, la reprise au fer à souder sera indispensable pour enlever les court-circuits potentiels. Ce nest pas difficile, mais demande un peu d'habitude. Et quand on a l'habitude, on peut se passer du four si le nombre de composants est limité... Pour les composants au pas plus gros (0603), il n'y a aucune difficulté au fer à souder, même si c'est moins régulier qu'au four. Il faut surtout de la soudure fine. Et la dépose de pâte à braser sans pochoir va nécessiter un doseur pneumatique. Bref, j'utilise régulièrement le four, mais je ne suis pas certain que ce soit réellement nécessaire pour un amateur, surtout si c'est pour faire des montages de la revue.
Pour conclure, le four permet de gagner du temps et de la régularité pour quelqu'un maîtrisant déjà la soudure au fer. Dans le cas contraire, cela n'arrangera rien, bien au contraire.'
obdh
 
Posts: 487
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:39 pm

Postby itu » Sat May 30, 2009 12:00 am

Egalement utilisateur de four, j'irais exactement dans le même sens qu'obdh. Avec une nuance cependant : les circuits intégrés possédant un plan de masse situé sous le boitier, ainsi que les pavé au format BGA (ball grid array, des cochonneries avec plein de soudures par dessous). Là, un four est pratiquement obligatoire. Mais pour tout le reste, en 1206/805 et à la rigueur 603 (limite pour mon parkinson ), un bon fer à souder, une soudure fine, de la tresse et du flux liquide sont les 4 mamelle du montage des CMS à la paluche.
on peut même, avec du 1206 ou du 805, faire des associations parallèles (en superposant des composants) ou série.. mais parfois, c'est un peu capilotracté

http://f6itu.spaces.live.com/?_c11_BlogPart_BlogPart=blogview&_c=BlogPart

(je jure que cest fait au fer... avec un four, il est impossible de tenir les composants en équilibre)'
itu
 
Posts: 171
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:36 pm

Postby obdh » Sun May 31, 2009 12:00 am

En effet, les cas cités sont ceux qui nécessitent un four. Mais il vaut mieux, dans le cadre amateur, éviter ces composants, car la réparation éventuelle devient problématique sans autre équipement. Et la soudure de BGA est très contraignante (planéité du cuivre, type de finition...) et devrait normalement être suivie d'un contrôle optique ou aux rayons X. Et en cas de loupé, c'est la galère, surtout si les composants sont coûteux. Bref, à mes yeux, le four n'est vraiment pas l'équipement à privilégier pour l'amateur, on peut très bien s'en passer si c'est juste pour câbler des cartes à chaque fois différentes et de taille raisonnable. De plus, la soudure en pâte se conserve mal.
obdh
 
Posts: 487
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:39 pm

Postby javalink » Sun May 02, 2010 12:00 am

Tout est possible au fer a souder sauf les boitiers QFN et BGA (0402 et 0201 Suivant Experience)

Paradoxalement , Afin d'obtenir une soudure fine et de bonne qualité sur un CMS , Il faut absolument utiliser une panne maxi (genre Statule ) , et l'utiliser comme une "mini vague" en maitenant le PCB a l'Horizontal
(Technique de pro demandant seulement quelques heures d'entrainement et un bon cout de patte ). je peut fournir des details

la stress a Desouder est a proscrire (risque d'arrachement des pistes).

note Pour Amateur, utiliser au debut de preference si vous pouver encore vous en founir des Soudures et des creme a brasser non rohs , bien plus maleable au fer a souder
javalink
 
Posts: 9
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:39 pm

Postby escartefigue33 » Mon May 03, 2010 12:00 am

Bonjour,

Je dispose d'un four de refusion Weller RO26 (bestiau rarissime) qui donne d'excellents résultats pour les cartes, mais j'utilise des brucelles chauffantes Weller WTA50 pour la réparation et la soudure manuelle des composants à deux pattes à partir du 603.
Les essais à l'air chaud sont plutot décevants pour le montage des CMS, à réserver pour la réparation.

Par contre, je trouve la tresse à dessouder indispensable, à condition de l'utiliser avec un fer à panne un peu large (au moins 3mm).

La pâte à braser en pot se conserve plus d'un an au réfrigérateur à condition de bien chasser l'air (la boîte contient un piston pour cet usage).
La pâte en pot contient bien plus de métal que les seringues.
Avant l'usage, prélever une petite quantité et ajouter quelques gouttes de flux liquide puis bien mélanger.
Radiospares distribue seringues, aiguilles et accessoires pneumatiques.
La réalisation d'une station de dépose pneumatique est simple, il suffit d'une électrovanne, une minuterie digitale genre OMRON 814, et bien sûr un petit compresseur.
Le débit étant très faible un compresseur de frigo est largement suffisant et silencieux en plus...
Mais il faut prévoir une petite réserve (extincteur par ex.) et surtout un pressostat qui stoppera le compresseur vers 3-4Bar
Une soupape de sécurité est nécessaire.
La pression de fonctionnement se situe entre 1 et 2.5 Bar
Tout celà peut être construit avec du matériel de récupération.

Le doseur pneumatique permet de travailler rapidement avec une très bonne régularité.

Bien entendu, le meilleur système est la dépose par sérigraphie d'après un masque fourni par le fabriquant de CI, mais pour l'amateur qui ne va réaliser qu'une carte c'est le grand luxe...

Cordialement,

GéGé
escartefigue33
 
Posts: 2764
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:34 pm

Postby itu » Mon May 03, 2010 12:00 am

)))

Moi, je suis toujours émerveillé par les descriptions de Gégé « Escartefigue »… on sent le coté ingénieur à géométrie variable et les années d’expérience :- ))))))) (et je dis çà sans la moindre malice).

Je suis un peu plus flemmard que lui… j’ai acheté une « prouteuse » made in china pour pousser sur le piston de ma seringue sans me faire mal au doigt (le tout assisté par mon compresseur de bricolage qui fait 100 litres de contenance et génère un potin d’enfer à chaque mise sous pression). Et si les boitiers SOT ne me font pas peur, je suis terrorisé à la simple idée de devoir raccorder un compresseur de frigo, un « machin » servant de réservoir/accumulateur et quelques tuyaux, le tout sans fuite. On a la fibre plombier ou on ne l’a pas.
Ceci dit, je serais très intéressé par la description de ce compresseur « home made ». Raconté comme çà, tout semble très simple.

Amicalement
Marc
itu
 
Posts: 171
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:36 pm

Postby obdh » Mon May 03, 2010 12:00 am

L'air chaud est en effet plus adapté pour le dessoudage. Au soudage, on risque de se retrouver avec plein de billes qui se baladent sous les composants. La pâte à braser impose donc quasiment l'usage du four. J'ai un pot depuis plusieurs années, mais je l'ai sauvé en ajoutant un peu d'alcool, la pâte était devenue vraiment inutilisable. Probablement peu orthodoxe, je n'avais pas pensé au flux, et je ne conseille pas cette méthode, mais cela a fonctionné. Ajouter un chiffon un peu imbibé d'alcool au dessus du piston m'a permis de ne plus avoir à refaire l'opération, et j'ai câblé des dizaines de cartes depuis.
Pour souder des QFP, un fer à souder et de la tresse suffisent amplement, avec de la soudure classique sans chercher à éviter les court-circuits. Pour la soudure de 0603, de la soudure de 0.25mm de diamètre est idéale, mais difficile à trouver. Avec du 0.5mm, on s'en sort, mais il est plus difficile de doser la quantité et les soudures sont en général un peu plus grosses qu'au four, sans réel inconvénient.
La doseuse pneumatique est bien, mais les seringues se bloquent et les aiguilles se bouchent si on ne les nettoie pas et si l'usage est occasionnel. Bref, je préfère encore le pochoir et le four pour les petites séries, ou le fer, la soudure et la tresse pour un prototype avec peu de composants. J'appelle "peu de composants" les cartes typiques de la revue. Jusqu'à 50 composants, et pour quelques cartes par an, un four mal maîtrisé sera plus une source de problèmes supplémentaires.
obdh
 
Posts: 487
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:39 pm

Postby ymasquel » Mon May 03, 2010 12:00 am

Bonjour Marc,

Dans ce domaine les modélistes ont des besoins d'air comprimé plus prononcés que les électroniciens. Un petit tour sur certains sites et forums dédiés à leur passion te fournira des informations intéressantes. On peut y trouver d'autres idées comme le réservoir d'air comprimé de camion qu'on va remplir à la station service à l'aide du gonfleur ou même chez soi avec une pompe à pied ou autre (bon courage) ainsi que la chambre à air comme réservoir...

Bien sûr Gérard pourra nous en dire plus sur notre propre forum ou même préparer un article ou un blog sur ce sujet.

Amicalement, Yves.
Amicalement,
Yves.
ymasquel
Site Admin
 
Posts: 3384
Joined: Thu Jan 02, 2014 10:44 am
Location: Oise (60)

Postby escartefigue33 » Mon May 03, 2010 12:00 am

Bonjour à tous,

Depuis près d'un demi siècle j'ai un fer à souder à portée de la main et j'en ai vus de tous les genres, la régulation de empérature n'est apparue que tardivement, pas très longtemps après la généralisation des circuits imprimés, et pour cause...

Je n'avais guère plus d'une douzaine d'années quand j'avais investi mes économies dans mon premier fer, un "Toutéléctric" acheté au quincailler du coin avec soudure et décapant adéquat.
Plus tard, mon premier pistolet instantané de la même marque, avec sa petite loupiote qui éclairait la panne.
Mon premier fer bricolé se composait d'un manche en forme de pistolet avec une gâchette qui venait mettre en contact avec la panne en cuivre un morceau de charbon de pile, ce qui produisait la chaleur en même temps qu'une petite lueur d'arc électrique grésillant accompagnée de la fumée...
Le tout était alimenté avec un transformateur récupéré sur un chargeur de batterie.
A cette époque, on soudait des composants sur des barrettes à cosses, on n'avait même pas encore rêvé des SMD...

J'avais environ 20 ans quand j'ai réalisés mes premiers circuits imprimés, dessinés avec des bandes adhésives Brady et des transferts Mécanorma, la méthode photo est arrivée quelques années plus tard, dessins au Rothring et cuivres présensibilisés à la bombe.

Aujourdhui, les circuits sont dessinés par l'ordinateur, même si la partie chimie n'a pas vraiment varié.
Un circuit imprimé gravé, étamé et percé ne me prend guère plus d'une demi-heure...
Alors quand je vois Elektor proposer une simple alimentation avec un circuit double face à trous métallisés, je me sens frustré quelque part, j'ai l'impression qu'on voudrait m'enlever la moitié de mon plaisir...

Aujourdhui c'est le grand luxe, j'ai une bonne dizaine de fers à souder, à dessouder, pompes diverses, stations à air chaud etc...

Mais je me souviens toujours de mon charbon de pile qui grésillait sur la panne en cuivre, j'ai gardée l'odeur en mémoire...

Comme l'écrit Itu, les années d'expériences sont là et se comptent par dizaines il ne se trompe que pour une chose : Je ne suis pas ingénieur, seulement sans doute un peu ingénieux, au début par manque de moyens...

Cordialement,

GéGé
escartefigue33
 
Posts: 2764
Joined: Fri Jan 17, 2014 4:34 pm

Next

Return to Four à refusion pour CMS (01-2006)

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest

cron